Annual Conference

5th International Conference of the Dakar Institute of African Studies 

July 5-6, 2019
Dakar, Senegal

Theme:

The Critical Thinker-Doer:
Higher Education and Knowledge Production for the Common Good

&

Atelier du Pipeline for Emerging African Studies Scholars (PEASS) d’African Studies Review (ASR)

organisé en collaboration avec l’Institut d’Études Africaines de Dakar

Jeudi, 4 juillet 2019

Dakar, Sénégal

N.B.: LA VERSION FRANÇAISE DE L’APPEL À COMMUNICATIONS SUIT JUSTE APRÈS LE TEXTE EN ANGLAIS

Discourses produced on Africa have traditionally documented the continent’s many ills and challenges. They have also shed light on the genius of its people, the vibrancy of its cultures, and its incommensurable natural resources. This intellectual tradition has recently led scholars, analysts, people in the business sector, artists, and the like to argue that the 21st century is Africa’s time to rise and rule the world. However, beyond its rhetorical nature, what is the potential for this prediction to materialize now or in the near future?

If many believe that education offers the most reliable avenue to harness Africa’s energy and creativity, one wonders if African countries have the right education system at this juncture. Clapperton Mavhunga contends that they do not. He suggests that Africans need to create for themselves an education system that is cross-cultural, multi-disciplinary, problem-solving, which promotes grassroots-based and ground-up knowledge production, and trains “critical thinker-doers.” The goal should be to conceive “a philosophical template from which an African imagination could happen,” and to make sure that research is not simply aimed at the insular academic circles, but instead serves the needs of all Africans. This deep critical thinking and commitment, according to Achille Mbembe, are urgently necessary if we are to break the vicious circle of the not-well-thought-out development strategies, which have been always prescribed for Africa, yet continue to fail. Along the same perspective, decades ago, Cheikh Anta Diop advocated the importance of efficient and selfless intellectuals who are profoundly knowledgeable about Africa’s realities and aspirations, and who could chart the right path for the continent toward a brighter future.

Today, African countries are at a critical juncture. They are in a dire need for a new social contract in knowledge production and knowledge sharing for the empowerment of people and communities everywhere in the continent. This situation challenges Africans to come up with new ways of thinking and doing that epistemologically fit their existence.

The Fifth International Symposium of the Dakar Institute will focus on the different ways in which the concept of the critical thinker-doer could best be materialized. Participants from various geographical and professional origins will try and think about how research could help deepen our theoretical knowledge in various fields of inquiry, but at the same time generate the skills and know-how that decision-makers need as well as communities, people in business, and non-profit organizations. How could the « critical thinker-doer » concept impact Africa’s destiny?

Participants will begin evaluating research in and on Africa, and the conditions under which it happens. Does research create useful knowledge for society? How could we measure this impact in light of the huge financial resources and energy invested in research? What should be the relationships between fundamental research, applied research, and action research ? Would it be contradictory to the mission of universities and to the promotion of critical thinking to provide our students with skills necessary to solve real world problems? Where does knowledge on/by Africans (Hountondji) fit in research and teaching in our universities? How best could the scholar work with and for communities when their representation of the scholar is not conducive to collaboration?

We invite papers, panels, and performances (in English or French) on, but not limited to, the following sub-themes:

1) Current Trends and Realities of Higher Education in Africa

– Empowering the African University: Opportunities and Challenges

– Higher Education and Social (In)equality

– African Diasporas, Knowledge Creation, and Knowledge Sharing

– Education and Market Forces

– University Curriculum, Research, and the Making of the Thinker-Doer

2) The Challenges of Knowledge Creation on/in Africa

– Imperialism, Humanitarianism, and the Origin of African Studies

– The Construction of Africa in the Western Academy in the 21st Century

– Knowledge of Africa, Knowledge by Africans

– African Art as Philosophy

– How African Is the Field of African Studies

– The Insurrection Will Come through Education

– Un-thinking Africa: Decolonial Practices Beyond the Ivory Tower

3) Relationship Between Fundamental and Applied Research

– Applied Research in Africa

– Theorizing Doing and Doing Theory

– The Public Intellectual

– African knowledge transfer: the role of technology

– Agricultural Research: From the Lab to the Farm, and Back

– Applied Law, Customary and State Institutions

– Politics, Social Activism, and the Future of Africa

The African Studies Review in partnership with the Dakar Institute will host the African Studies Review Pipeline for Emerging African Studies Scholars workshop, immediately preceding the conference on Thursday July 4, 2019.

The African Studies Review (ASR) convenes Pipeline for Emerging African Studies Scholars (PEASS) Workshops in collaboration with the African Studies Association (USA) to stimulate, solicit, and further develop high quality journal submissions from emerging scholars of African studies under the mentorship of senior Africanists. Scholars who wish to submit a proposal to a PEASS are, ideally, post-doctoral researchers, newly minted PhDs with works-in-progress currently underway, and soon-to-submit PhD students. Emerging scholars will have an opportunity to work closely with senior scholars to re-work a pre-circulated draft article. This workshop will be run entirely in French.

The broader goals of PEASS Workshops are to:

Increase submissions from emerging scholars to top-rated journals, especially ASR;

Improve quality of submissions from emerging scholars;

Improve access to ASR for emerging scholars;

Improve networking and collaboration opportunities among like-minded scholars; and

Increase participation of emerging scholars in review process.

For more information about the PEASS workshop, visit: https://africanstudies.org/wp-content/uploads/2017/08/ASR-PEASS-Dakar-Call-FR.pdf

DEADLINE FOR ABSTRACTS

Abstract deadline: May 31st, 2019. Please send your title, abstract, and a short bio with the subject “Conference 2019” to: conference@thedakarinstitute.com

NB: When submitting your abstract, indicate if you want to be considered for the Pipeline for Emerging African Studies Scholars workshop, which is scheduled for July 4, 2019.

CONFERENCE REGISTRATION FEES*

  • Scholars outside of Africa $100
  • Students outside of Africa $50
  • Scholars in Africa $50
  • Students in Africa $25

CO-SPONSORS

Université Cheikh Anta Diop

West African Research Center

University of West Indies, Mona, Jamaica

 

VERSION FRANÇAISE DE L’APPEL À COMMUNICATIONS

5e Conférence Internationale de l’Institut d’Études Africaines de Dakar 

5-6 juillet 2019
Dakar, Sénégal

Thème:

« La pensée critique en action: Enseignement supérieur et savoirs au service du bien commun »

Les discours produits sur l’Afrique nous renseignent amplement sur les maux et les défis  auxquels le continent est confronté. Ils mettent aussi en  lumière  son génie humain, la vivacité de ses cultures et la richesse de ses ressources naturelles. Cette tradition intellectuelle a récemment amené analystes, personnes évoluant dans les affaires, artistes et  acteurs à se demander si le 21e siècle ne serait pas enfin celui de la consécration de l’Afrique. Au-delà de la nature rhétorique de la question, il est opportun de se pencher davantage sur les possibilités de matérialisation de cette prédiction.

S’il est souvent admis que l’éducation constitue le moyen le plus sûr pour faire éclore l’énergie et la créativité africaines, il convient de se demander si, aujourd’hui, les pays africains disposent de systèmes éducatifs à la mesure de cette ambition. Clapperton Mavhunga répond par la négative et suggère la mise en place de systèmes éducatifs orientés vers la formation de penseurs-acteurs  qui promeuvent la production des connaissances à la base et  apporteraient ainsi des solutions aux problèmes auxquels l’Afrique est confrontée. Achille Mbembe renchérit que cette pensée critique et cet engagement  sont d’une urgente nécessité, si le continent veut  briser le cercle vicieux des stratégies de développement mal pensées , vouées à l’échec, et imposées à l’Afrique. Dans le même ordre d’idées, Cheikh Anta Diop mettait en exergue, il y a quelques décennies, la nécessité, pour les intellectuels africains,  d’acquérir une profonde connaissance des réalités et des aspirations des populations africaines, afin de penser un futur plus prometteur pour le continent.

Aujourd’hui, les pays africains sont à la croisée des chemins. De ce fait, ils doivent faire face au besoin pressant de définir un nouveau contrat social et de nouveaux modes de production et de partage des savoirs pour le renforcement des capacités des individus et des communautés. Cette exigence devrait  interpeler les Africains sur leur  capacité à penser et à agir autrement sur la base de normes épistémologiques en phase avec leur  « être-là » au monde.

La Cinquième Conférence Internationale de l’Institut d’Études Africaines de Dakar se penchera  sur les différentes possibilités de matérialisation du concept  « penseur-acteur ». Les participants, venus d’horizons géographiques et professionnels différents, essaieront de répondre à la question de savoir comment la recherche pourrait nos connaissances théoriques dans différents domaines d’investigation et en même temps mener à la pratique et servir de manière significative les  décideurs africains, le secteur privé, les organisations communautaires et celles à but non lucratif. Quel impacte ce concept de « penseur-acteur » peut-t-il avoir sur le destin de l’Afrique ?

Il conviendra aussi d’interroger le bilan de la recherche en Afrique et les modalités de penser ses conditions de possibilité. La recherche produit-elle des connaissances utiles pour la société ? Comment pourrait-on mesurer cet impact à la lumière des sommes d’argent et les énergies colossales qui sont consacrées à la recherche? Quels devraient être les relations entre recherche fondamentale, recherche appliquée, et recherche-action? Serait-il contradictoire à la mission de l’université et à la promotion de la pensée critique de former nos étudiants à devenir des agissants à verser dans le monde du travail? Quelle devrait être la place réservée aux “savoirs endogènes’ (Hountondji) dans l’enseignement et la recherche universitaires? Comment agir avec, et pour, la communauté lorsque celle-ci développe parfois des représentations du chercheur qui ne favorisent pas la collaboration ?

Nous sollicitons des communications individuelles, des panels, et des performances (en anglais ou en français) sur des sujets tels que:

1) Actualités et réalités de l’enseignement supérieur en Afrique– Renforcement de l’université africaine: opportunités et défis
– Enseignement supérieur et (in)égalités sociales
– Enseignement supérieur et forces du marché
– Diasporas africaines, production, et partage des connaissances
– Programmes d’enseignement universitaires, recherche et formation du penseur-acteur

2) Enjeux de la construction des savoirs sur/par l’Afrique – Impérialisme, humanitarisme, et origine des Études Africaines
– Construction de l’Afrique dans les milieux académiques occidentaux au 21e siècle
– Savoirs africains et connaissance de l’Afrique
– L’art africain comme philosophie
– Les Études Africaines sont-elles suffisamment africaines ?
– L’éducation comme laboratoire de l’insurrection contre le néocolonialisme?
– (Re)penser l’Afrique: pratiques décoloniales au-delà de la tour d’ivoire.

3) Relations entre recherche fondamentale et recherche appliquée– La recherche appliquée en Afrique
– Théorisation de la pratique et pratique de la théorisation
– L’intellectuel public
– Savoirs africains et transmission : quel rôle pour la technologie
– Recherche Agricole en Afrique: relations entre le laboratoire et les champs
– Droit appliqué et institutions coutumières et étatiques
– Politique, Activisme Social, et Futur de l’Afrique

Atelier du Pipeline for Emerging African Studies Scholars (PEASS) d’African Studies Review (ASR)

organisé en collaboration avec l’Institut d’Études Africaines de Dakar

Jeudi, 4 juillet 2019

Dakar, Sénégal

L’atelier vise à encourager des chercheurs émergents en études africaines  à soumettre des textes non encore publiés, écrits en francais, et à les aider à en faire des propositions d’articles de haute qualité. Les chercheuses et chercheurs éligibles pour soumettre une demande de participation à l’atelier sont, idéalement, les chercheurs postdoctoraux, les tout nouveaux titulaires du doctorat, et les doctorants qui sont proche de soutenir leur thèse. Les participants sélectionnés pour prendre part à l’atelier auront l’opportunité de travailler directement avec des specialistes reconnus, pour retravailler leur projets d’articles qu’ils auront soumis avant l’atelier. Cet atelier sera exclusivement en français.

Les objectifs généraux de l’atelier sont les suivants:

  1. Augmenter le nombre d’articles soumis par les chercheuses et chercheurs émergents aux comités de lecture des revues de premier rang, en particulier ASR;
  2. Améliorer la qualité des propositions soumises par les chercheuses et chercheurs émergents;
  3. Améliorer l’accès des chercheuses et chercheurs émergents à ASR;
  4. Augmenter le taux de participation des chercheuses et chercheurs émergents dans le processus d’évaluation des articles de revues scientifiques ;
  5. Améliorer les opportunités de contacts et de collaboration entre universitaires partageant les mêmes idées; et,

L’atelier se déroulera de 8:00 a 18:00, et comprendra des discussions en groupe, petits et larges, mais aussi des séances de mentorat entre les participants et leurs mentors.

Pour plus de details, clickez sur le lien suivant: https://africanstudies.org/wp-content/uploads/2017/08/ASR-PEASS-Dakar-Call-FR.pdf

DÉLAI POUR LES RÉSUMES

Le délai pour les résumés est fixé au 31 Mai 2019

Veuillez envoyer les titre et résumé de votre communication, et une courte autobiographie avec le sujet “Conference 2019” à l’adresse suivante: conference@thedakarinstitute.com

NB: En soumettant votre résumé pour la conférence, faites nous savoir si vous voudriez être considéré pour l’atelier Pipeline for Emerging African Studies Scholars workshop, co-organisé avec African Studies Revies, et prévu le 4 juillet 2019.

DROITS D’INSCRIPTION

  • Chercheurs basés en dehors de l’Afrique: $100
  • Étudiants basés en dehors de l’Afrique: $50
  • Chercheurs basés en Afrique: $50
  • Étudiants basés en Afrique: $25

PARTENAIRES  

Université Cheikh Anta Diop

Centre de Recherche Ouest Africain

Université des Indes Occidentales, Mona, Jamaica